6ème Congrès de la société de philosophie des sciences de gestion « Management public et philosophie politique »
Jun
4
to Jun 5

6ème Congrès de la société de philosophie des sciences de gestion « Management public et philosophie politique »

La SPSG organise le sixième Congrès "Philosophie(s) du Management" en partenariat avec l'IMPGT et le CERGAM sur le thème : Management Public et Philosophie Politique. L'événement aura lieu les 4 et 5 juin 2017 à Aix-en-Provence. Comme chaque année, nous attendons des contributions qui peuvent porter sur le thème directeur, mais également plus généralement toute communication exprimant un regard philosophique sur le management et les sciences de gestion. Date finale pour envoi des intentions de communication: 23 février.

Contact : Marius Bertolucci - marius.bertolucci@univ-amu.fr

Télécharger l'appel à communication

View Event →
Talents et territoires
Jun
8
9:00 AM09:00

Talents et territoires

Talents et territoires

Entreprendre et manager dans une réalité complexe

RÉSUMÉ

Depuis sa popularisation au début des années 2000, la notion de « talent » a suscité un intérêt croissant, tant chez les praticiens, que chez les chercheurs. Attirer, former, permettre l’expression des talents est devenu un enjeu majeur pour toutes les organisations, quelle que soit leur taille, ou leur contexte d’exercice. Or, malgré leurs évolutions, les propositions de conceptualisation restent pour l’essentiel focalisées sur les entreprises multinationales et montrent leurs limites lorsqu’elles sont confrontées à une réalité complexe. Face à ce manque, l’interrogation de la gestion des talents au sein des territoires, définis comme des lieux de vie, indissociables d’un groupe social apparait comme un espace d’investigation privilégié permettant, au-delà des seuls aspects organisationnels et économiques, de mieux comprendre l’effet des dimensions individuelles, organisationnelles et extra-organisationnelles dans l’attraction, le management et l’expression des talents.

Argumentaire

Depuis sa popularisation au début des années 2000 (Michaels, et al. 2001), la notion de « talent » a suscité un intérêt croissant, tant chez les praticiens (CIPD 2015 , ANDRH, 2017), que chez les chercheurs (Collings et al. 2017). Attirer, former, permettre l’expression des talents est devenu un enjeu majeur pour toutes les organisations, quelle que soit leur taille, ou leur contexte d’exercice (Thunnissen et al. 2013, Festing et al. 2013, Deloitte, 2010). Or, malgré leurs évolutions, les propositions de conceptualisation restent pour l’essentiel focalisées sur les entreprises multinationales (Powell et al. 2012, McDonnell et al. 2017) et montrent leurs limites lorsqu’elles sont confrontées à une réalité complexe (Tatoglu et al. 2016, Krishnan et Scullion, 2017). Face à ce manque, l’interrogation de la gestion des talents au sein des territoires, définis comme des lieux de vie, indissociables d’un groupe social (LeBerre, 2011)apparait comme un espace d’investigation privilégié permettant, au-delà des seuls aspects organisationnels et économiques (Barney, 1991, 2001), de mieux comprendre l’effet des dimensions individuelles, organisationnelles et extra-organisationnelles dans l’attraction, le management et l’expression des talents.

Axes thématiques

Les contributions à cette journée de recherche peuvent prendre la forme d’études de cas, de retours d’expériences, d’études empiriques ou de réflexions conceptuelles. Elles pourront notamment porter sur les aspects suivants :

Au niveau individuel et inter-individuel

  •  Identifier les attentes économiques et non économiques des talents vis-à-vis des organisations et des territoires ;
  •  Questionner l’intégration des talents au sein d’espaces socio-culturels à fortes spécificités ;
  •  Interroger la gestion des relations « talents » / « salariés traditionnels » au sein d’espaces d’interactions restreints ;
  •  Explorer l’influence du contexte territorial dans l’expression des talents.

Au niveau organisationnel

  •  Mettre à jour les conceptions multiples du talent pouvant être développées par les différents acteurs (PME, startups, grandes entreprises, universités, collectivités, salariés, étudiants, etc.) et les éventuelles divergences entre celles-ci ;
  •  Dessiner les contours de pratiques contingentes de management des talents ;
  •  Identifier les spécificités des pratiques de management des talents au sein des PME ;
  •  Questionner la contribution des talents dans la création de valeurs au sein des PME ;
  •  Identifier les enjeux spécifiques du management des talents dans les phases de création, de lancement et de croissance des entreprises ;
  •  Mettre à jour les motivations économiques et non économiques (éthiques, politiques, institutionnelles) des organisations engagées dans une politique de management des talents ;
  •  Apprécier les perspectives ouvertes par les relations d’emploi à court terme (outsourcing, missions) et les technologies de communication en matière de management des talents.

Au niveau extra-organisationnel

  •  Apprécier les apports attendus et réels des talents au sein des territoires ;
  •  Explorer la réalité des notions de « people climate », « business climate », de « territoire entrepreneurial », favorisant l’attraction et l’expression des talents au sein des territoires (Florida, 2003).
  •  Interroger les caractéristiques d’une performance extra-organisationnelle des talents ;
  •  Questionner les modalités de développement de stratégies inter-organisationnelles ; d’attraction, de développement et de rétention des talents (coopération, coopétition, concurrence) ;
  •  Interroger les modalités de développement de politiques territoriales d’attraction, de retour et de développement des talents ;
  •  Apprécier le rôle des pratiques de marketing territorial dans l’attraction des talents (marques régionales, stratégies de différenciation des territoires) ;
  •  Comprendre le rôle des talents dans la conquête de nouveaux territoires. 

Comité scientifique

  • Thérèse ALBERTINI, Maître de conférences HDR, Université de Corse ;
  • Laurice ALEXANDRE, Maître de conférences HDR, Université Paris Descartes ;
  • Jean-Pierre BOISSIN, Professeur des Universités, IAE de Grenoble, Université Pierre Mendès France ;
  • Ludivine CALAMEL, Professeure associée, Grenoble Ecole de Management ;
  • Didier CHABAUD, Professeur des Universités, IAE de Paris 1 Panthéon – Sorbonne ;
  • Thierry FABIANI, Maître de conférences, Université de Corse ;
  • Véronique FAVRE-BONTE, Professeure des Universités, IAE Savoie Mont Blanc, Université Savoie Mont Blanc ;
  • Colette FOURCADE, Maître de conférences HDR, Université de Montpellier, Secrétaire Générale de l’Association Internationale de Recherche en Entrepreneuriat et PME (AIREPME) ;
  • Julien de FREYMAN, Enseignant chercheur, South Champagne Business School ;
  • Soufyane FRIMOUSSE, Maître de conférences HDR, Université de Corse ;
  • Anne GERONNE, Maître de conférences, Université de Corse ;
  • Gilles GUIEU, Professeur des Universités, Aix Marseille Université ;
  • Nathalie LAMETA, Qualifiée aux fonctions de Maître de conférences, Responsable du Pôle Pépite Université de Corse ;
  • Catherine LEGER-JARNIOU, Professeure des Universités Emérite, Université Paris-Dauphine, Présidente de l'Académie de l'Entrepreneuriat et de l'Innovation (AEI) ;
  • Stéphanie LOUP, Maître de conférences, Université Paul Sabatier Toulouse III ;
  • Elise MARCANDELLA, Maître de Conférences, Université de Lorraine ;
  • Jean-Claude PACITTO, Maître de conférences HDR, Université Paris-Est Créteil ;
  • Agnès PARADAS, Maître de conférences HDR, Université d’Avignon ; Montpellier Recherche en Management, LabEx Entreprendre ;
  • Jean-Marie PERETTI, Professeur des Universités, Université de Corse – ESSEC Business School ;
  • Jean-Michel PLANE, Professeur des Universités, Université Paul-Valery Montpellier 3 ;
  • Jean-Paul TCHANKAM, Docteur et HDR en Sciences de Gestion, KEDGE Business School Bordeaux ;
  • Patrice TERRAMORSI, Maître de conférences, Université de Corse ;
  • Marc VALAX, Professeur des Universités, Université Lyon 3 Jean Moulin, IAE Lyon School of Management.

Calendrier

  • Remise des textes pour examen par le comité scientifique : 8 avril 2018

  • Avis du comité scientifique : 6 Mai 2018
  • Réception des communications définitives : 27 Mai 2018
  • Les contributions seront envoyées à lameta@univ-corse.fr, terramorsi@univ-corse.fr

Normes de présentation

Times New Roman 12, format A4, Marges de 2,5 cm, interligne simple

Longueur maximale 50 000 signes, espaces et caractères compris

Les références bibliographiques seront présentées conformément aux normes de l'APA.

Les meilleures communications pourront faire l’objet d’une publication dans la revue Question(s) de Management.

revue-qdm.com

Contact :

UMR CNRS - Université de Corse - LISA 6240

Tél : +33 (0)4 95 45 02 59

lameta@univ-corse.fr terramorsi@univ-corse.fr

View Event →
1ères journées du FARGO Journée des 3 F
Jun
8
5:00 PM17:00

1ères journées du FARGO Journée des 3 F

1ères journées du FARGO Journée des 3 F* (Finance organisationnelle, finance comportementale, finance entrepreneuriale)

L’axe FARGO (Finances, architecture et gouvernance des organisations), un des axes de recherche du CREGO (Centre de REcherche en Gestion des Organisations), organise une journée consacrée à ses trois thématiques, le 8 juin 2018, dans les locaux de la MSH à Dijon. Cette journée est l’opportunité d’échanges supplémentaires qui s’ajoutent aux traditionnels séminaires organisés par cet axe et réservés à ses membres, en permettant aux enseignants-chercheurs ou doctorants travaillant sur ces thématiques de présenter leurs travaux. A cette occasion, dix communications seront sélectionnées par un comité scientifique. Les modélisations mathématiques sans déclinaison ou tests empiriques ne seront pas prioritaires. Les articles aboutis seront en revanche privilégiés. Les articles seront prioritairement soumis en français mais les communications en anglais pourront être acceptées également. A l’issue de cette journée, les auteurs qui le souhaitent, pourront soumettre leurs articles à la revue Finance Contrôle Stratégie dans le cadre d’une procédure accélérée (réponses de la revue au plus tard en novembre 2018). Les travaux sélectionnés par le comité scientifique devront être en lien avec les trois thématiques de l’axe du laboratoire. Thématique 1 : Les recherches en finance organisationnelle Recherche portant sur l’articulation entre la finance, la gouvernance et la théorie des organisations. Cette articulation permet de développer des recherches qui font également intervenir des aspects liés à la stratégie, à la comptabilité, à la fiscalité, au contrôle de gestion, aux systèmes d’information et à la gestion des ressources humaines. Thématique 2 : Les recherches en finance comportementale Étude de l’impact des « biais comportementaux » sur les marchés financiers ou sur les décisions financières des entreprises. Thématique 3 : Les recherches en finance entrepreneuriale Problématique liée au capital-investissement et au financement des entreprises innovantes.

 

Télécharger l'appel à communication

 

Contact : Evelyne Poincelot - evelyne.poincelot@univ-fcomte.fr, Kirsten Burkhardt - kirsten.burkhardt@u-bourgogne.fr, Frédéric Pellerin - frederic.pellerin@u-bourgogne.fr

 

View Event →
Journée d’étude Décision et Sociocraties
Jun
11
9:30 AM09:30

Journée d’étude Décision et Sociocraties

Depuis quelques années de « nouvelles » formes organisationnelles, qualifiées de « sociocratiques », « libérées », ou encore « holacratiques » se développent et font de plus en plus parler d’elles. Sous ces appellations variées, ces organisations repensent les rapports des acteurs dans les organisations, remettent en cause les hiérarchies traditionnelles, et cherchent à instaurer plus de démocratie dans leur fonctionnement. Ces projets organisationnels visant à développer l’autonomie et le pouvoir d’agir local des acteurs questionnent aussi les processus traditionnels de décision des organisations. Dans cette perspective, nous invitons les communications permettant de renouveler notre analyse des processus décisionnels dans les organisations grâce à des études conceptuelles et empiriques d’organisations se revendiquant d’une démarche à visée sociocratique, holacratique ou libérée, ou d’expériences du même ordre dans des organisations diverses. La journée d'étude se tiendra le 11 juin 2018 à l'IAE de Paris. Les résumés étendus sont à envoyer pour le 10 février 2018.

Contact : Véronique Steyer - veronique.steyer@polytechnique.edu, Virginie Lecourt -

Télécharger l'appel à communication

View Event →
Le GRT-AGRH "Santé et Sécurité au Travail" organise une journée de recherche sur "Les métiers du soin"
Jun
14
9:30 AM09:30

Le GRT-AGRH "Santé et Sécurité au Travail" organise une journée de recherche sur "Les métiers du soin"

Le GRT-AGRH "Santé et Sécurité au Travail" en collaboration avec l'équipe RH/MRM de l'Université de Montpellier organise une journée de recherche sur "Les métiers du soin" à l'Université de Montpellier le jeudi 14 juin 2018. 

Appel à communication

 

 

View Event →
3ème Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise « La défaillance d’entreprise : vers une approche multidimensionnelle »
Jun
15
9:00 AM09:00

3ème Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise « La défaillance d’entreprise : vers une approche multidimensionnelle »

PRÉSENTATION

Contact : Nabil Khelil : nabil.khelil@unicaen.fr et Xavier Bredart xavier.bredart@umons.ac.be
https://businfailure.sciencesconf.org

Les coûts psychologiques, sociaux et économiques de l’échec font de ce phénomène un sujet sensible à aborder et un événement indésirable et inattendu à éviter. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les premiers travaux sur la défaillance des entreprises, reconnue dans la littérature anglo-saxonne sous le terme « business failure ». Bien que ce phénomène ait été étudié par plusieurs disciplines, telles que le droit, la finance, la sociologie, l’économie, le management, la stratégie, l’entrepreneuriat et les sciences des organisations, ces premiers travaux partagent le même objectif : mettre en évidence les causes qui sont à l’origine de l’échec de nombreuses entreprises et, éventuellement, réfléchir à des stratégies d’actions préventives, curatives ou encore palliatives. Les recherches récentes se focalisent de plus en plus sur les leçons à tirer des échecs afin de les capitaliser plutôt que sur les causes d’échec à éviter. Ce phénomène n’est plus perçu comme étant un sujet sensible qui demeure peu étudié, mais comme une étape indispensable à la réussite, qui mérite d’être étudiée en profondeur. L’augmentation du nombre de publications scientifiques, d’ouvrages collectifs et de numéros spéciaux sur le sujet nous amène à la conclusion suivante : l’échec commence à occuper une place grandissante et fondamentale dans la littérature académique. Ce phénomène est aujourd’hui considéré comme un vrai objet d’étude qui suscite l’intérêt de nombreux chercheurs et praticiens. Quelle que soit l’approche théorique (déterministe versus volontariste) ou méthodologique (qualitative versus quantitative) mobilisée ou, encore, le niveau d’analyse étudié (entrepreneur, entreprise, environnement), les chercheurs sont toujours confrontés à la réalité complexe et protéiforme de l’échec de l’entrepreneur et de l’entreprise. La diversité et l’interdépendance des éléments objectifs et subjectifs, qualitatifs et quantitatifs, économiques et psychologiques inhérents à la fois à l’entrepreneur et l’entreprise qu’il créée, rendent les approches disjonctives désuètes. Bien que les approches traditionnelles de la défaillance d’entreprises adoptant le plus souvent une perspective unidimensionnelle, linéaire et binaire dominent à ce jour, il existe une tendance de plus en plus marquée pour les approches intégratives. Selon ces approches, l’échec est vu comme un phénomène multidimensionnel et complexe composé de différents éléments interdépendants qui interagissent sur plusieurs niveaux. C’est dans ce cadre que s’inscrit le 3ème Colloque Interdisciplinaire sur la Défaillance d’Entreprise. En plus du contexte spécifique de la création d’entreprises, le phénomène de l’échec a été exploré dans d’autres contextes organisationnels à l’image des entreprises familiales, des jeunes entreprises technologiques innovantes, des entreprises en réseaux de franchise et des groupes. Il faut noter également que les recherches antérieures se sont centrées sur les niveaux organisationnels et/ou individuels. Une autre piste de recherche réside dans l’étude de l’échec collectif au sein des équipes. Au-delà des causes (pour quelles raisons certaines entreprises échouent-elles et d’autres non ?) ou encore des conséquences (quelles sont les conséquences que peut avoir l’échec de l’entreprise sur les entrepreneurs ?), toutes les contributions à dimension empirique ou théorique, quantitatives ou qualitatives, sur le thème de la défaillance des entreprises (petites, moyennes ou grandes) et des entrepreneurs peuvent être proposées telles que celles liées aux thèmes suivants (liste non-exhaustive) : • Identification des déterminants de la faillite/des difficultés des entreprises, • Défaillance et structure financière, • Relation entre gestion (gouvernance, gestion des ressources humaines, …) et défaillance, • Survie et accompagnement, • Mécanismes et instruments de prévention des difficultés des entreprises, • Transmission d’entreprise et défaillance, • Coûts et conséquences de la défaillance, • Politiques de ressources humaines et risque d’entreprise, • Relation entre les caractéristiques du dirigeant et la défaillance des PME, • études de cas de faillite (points de vue économique et/ou juridique), • Souffrance de l’entrepreneur en situation de liquidation. COMITÉS COMITE DE COORDINATION Xavier Brédart (Université de Mons, HumanOrg) Nabil Khelil (Université de Caen, CREM CNRS) Nadine Levratto (Université Nanterre, CNRS, EconomiX) COMITE D'ORGANISATION Adel Jemaa Aurélien Lamy Bruno Drouot Christophe Trowski Haïfa Naffakhi Charfeddine Isabelle Lebon Meriem Ben Salah COMITE SCIENTIFIQUE Alain Fayolle (EM Lyon Business School) Alain Finet (Université de Mons) Albéric Tellier (Université de Caen Normandie) Alina Gomez Mejia (Pontificia Universidad Javeriana, Cali) Anne-Laure Le Nadant (Université de Rennes 2) Fanny Simon-Lee (Université de Rouen) Franck Moraux (Université de Rennes 1) Frank Janssen (Université catholique de Louvain) Fréderic Perdreau (université Jean Monnet – Saint Etienne) Gerhard Krauss (Université de Rennes 2) Giuseppe Pagano (Université de Mons) Jean Bonnet (Université de Caen Normandie) Jean-Pascal Guironnet (Université de Caen Normandie) Jean-Sébastien Pentecôote (Université de Caen Normandie) Juan Javier Saavedra (Universidad del Rosario) Julien Cusin (Université de Bordeaux) Karin Comblé (Université de Mons) Marcus Dejardin (Université de Namur) Mauricio Sanabria (Universidad del Rosario) Nazik Fadil (EM Normandie) Nicolas Le Pape (Université de Caen Normandie) Olivier Germain (ESG UQÀM) Pascal Aurégan (Université de Caen Normandie) Patricia Renou Maissant (Université de Caen Normandie) Rachida Justo (IE Business School Madrid ) Roland Condor (EM Normandie) Ruth Esperanza Román Castillo (Universidad de Bogotá) Sonia Boussaguet (NEOMA Business School, Rouen) Matthijs Hammer (Saxion University) Thomas Loilier (Université de Caen Normandie) Virginie Blum (Université Lyon 2) Julien de Freyman (ESC Troyes)

View Event →
15ème Journée de recherche interdisciplinaire de l'IUT de Sceaux « La confiance »
Jun
15
9:00 AM09:00

15ème Journée de recherche interdisciplinaire de l'IUT de Sceaux « La confiance »

L'IUT de Sceaux organise sa traditionnelle journée de recherche interdisciplinaire le vendredi 15 juin 2018. Le thème retenu cette année est la confiance. Parallèlement à la communication "traditionnelle", nous avons introduit une nouveauté en proposant des posters qui permettent d'exposer un projet de recherche sous une autre forme (le détail est fourni dans l'appel ci-joint).
Contact
Anne JANAND : anne.janand@u-psud.fr ou Nicolas PRAQUIN : nicolas.praquin@u-psud.fr

Téléchargez Appel à communication

View Event →
L’innovation à la croisée des sciences de gestion « Problèmes non résolus »
Jun
21
8:30 AM08:30

L’innovation à la croisée des sciences de gestion « Problèmes non résolus »

Sup de Co Marrakech et l’ISTEC organisent à Marrakech le 21 juin 2018 un colloque scientifique sur le thème : L’Innovation à la croisée des sciences de gestion : Problème non résolu. »

Ce colloque a pour objectif de contribuer à l’amélioration et à la diffusion de la connaissance sur les théories et les pratiques de l’innovation.
Il est ouvert aux chercheurs et aux praticiens dans le but d’échanger et d’associer les travaux de recherche de nature académique avec des expériences de terrain suivant deux grandes trajectoires :

L’innovation étudiée par différentes disciplines : vertus et limites d’une approche multidisciplinaire
Les problèmes non résolus de l’innovation : état de l’art et mise en perspective

Appel à communications

En lien avec ces deux directions, les propositions de communication autour des axes/problématiques ci-dessous seront appréciées, sans que cette liste ne soit exhaustive :

  • Typologie et morphologie de l’innovation : innovation de produit, innovation de procédé, innovation de service…innovation incrémentale, innovation disruptive, etc.
  • A la croisée des sciences de gestion : innovation managériale, innovation sociale, innovation financière, innovation marketing, innovation stratégique, innovation RH, innovation pédagogique, etc.
  • Question(s) du moment : innovation et écologie, innovation et trans-humanisme, innovation et responsabilités, etc.

Contact : Dominique Baruel Bencherqui - dominique.bencherqui@gmail.com et Soufiane Mezzourh - s.mezzourh@supdeco.ma

View Event →
La gouvernance dans tous ses états !
Jun
28
8:30 AM08:30

La gouvernance dans tous ses états !

Colloque organisé par le laboratoire CORHIS de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et l’Université du Québec en Outaouais

Contact : Félix Zogning - felix.zogning@uqo.ca

La 1ère édition des rencontres internationales France/Québec sur le thème "La gouvernance dans tous ses états" se tiendra à l'Université Paul Valéry Montpellier 3 les 28 et 29 juin 2018. Dans cette 1ère édition nous attendons des contributions des chercheurs et professionnels de plusieurs champs disciplinaires : notamment des sciences de gestion, des sciences économiques, juridiques, politiques, de la sociologie, de l’histoire et de la géographie, de l’économie territoriale, de l’aménagement des territoires et autres sciences humaines et sociales. Les différentes approches de la gouvernance sont les bienvenues étant donné le caractère polysémique, pluridimensionnel et multidisciplinaire de la gouvernance.

► appel_a_communication_colloque_gouvernance_vf.pdf

► call_for_papers_montpellier_june_28-29_vf.pdf

View Event →
Symposium France - Amérique Latine La Havane Cuba
Oct
29
to Oct 31

Symposium France - Amérique Latine La Havane Cuba

Appel à communications pour le symposium qui aura lieu à CUBA  les 29, 30 &  31 OCTOBRE 2018  sur le thème : 

SUBJECTIVITÉ ET TRAVAIL : ENTRE MAL-ETRE ET BIEN-ETREConstruction d’un nouveau paradigme de la santé au travail 

L'AFPTO apporte son soutien à cette manifestation qui permettra d'échanger avec nos collègues cubains et d'Amérique du Sud.

Les communications sont en Espagnol, portugais, français.

Les résumés doivent être envoyés à la commission scientifique par courrier électronique

avant le 30 avril 2018 à l’adresse électronique suivante : simposioLaHabana2018@gmail.com

View Event →
XXVIIIIème Congrès AGRH du 29 au 31 octobre 2018
Oct
29
9:00 AM09:00

XXVIIIIème Congrès AGRH du 29 au 31 octobre 2018

Avec une ambition : ne pas hésiter à déconstruire l’horizon du TINA
– there is no alternative - ; se défier des ‘mots’ pour mieux se ressaisir (enfin) des ‘choses’ et aller chercher, décrire, documenter les issues possibles au plus près des situations de travail et de gestion, en caractérisant leurs contextes spécifiques. « Tout ce qui est simple est faux, tout ce qui est compliqué est inutilisable » (Paul Valéry).
Pour naviguer entre ces écueils du faux et de l’inutilisable, nous proposons d’ouvrir deux voies complémentaires pour explorer les métamorphoses possibles de la GRH :
1 - Repartir du réel, comme point d’appui central pour concevoir l’action, quand les situations de travail et de gestion sont de plus en plus singulières, que l’aléa est la règle et que la diversité des acteurs et des groupes se renforcent.
2 - Se saisir de l’ambition exprimée par les réformes actuelles du code du travail, pour produire des connaissances sur des nouveaux compromis sociaux.

View Event →
1er Colloque du CEPE (Centre d’études de la PME) PME et Réputation
Nov
23
8:30 AM08:30

1er Colloque du CEPE (Centre d’études de la PME) PME et Réputation

Le Centre d’études de la PME (CEPE) organise son premier Colloque Scientifique dont le thème est PME et Réputation le vendredi 23 novembre 2018 à l’Institut d’Etudes Supérieures de Normandie basé à Rouen. L’objectif de cette journée est de créer un réseau de partage et d’échange de connaissances et d’expériences entre chercheurs universitaires et professionnels autour de la PME.

Téléchargez le fichier

Contact : Paul-Jacques Lehmann pauljacqueslehmann@iesn.fr

View Event →
Journée d’étude “Le bien commun comme finalité de l’entreprise”
Dec
10
9:00 AM09:00

Journée d’étude “Le bien commun comme finalité de l’entreprise”

  • IPC-Facultés Libres de Philosophie et de Psychologie (map)
  • Google Calendar ICS

Dans le cadre de l’axe de recherche « Philosophie, Management et Bien commun » (2017-2019), l’IPC organise une journée d’étude le lundi 10 décembre 2018 sur “Le bien commun comme finalité de l’entreprise” en partenariat avec la Société de Philosophie et de Science de Gestion, le Master “Humanité et management” de l’Université Paris-Nanterre, la revue RIHME et l’Unité de Recherche CERES .

Téléchargez l'appel à communication

Calendrier :

Projet de communication (2 à 5 pages) : 15 mai 2018

Retour de l’évaluation : 30 juin 2018

Envoi des communications complètes : 18 septembre 2017

Dates de la journée d’études : Lundi 10 décembre 2018

View Event →
La 36ème Université d’Eté de l’IAS &  14èmes rencontres internationales de la Diversité.
Dec
12
to Dec 13

La 36ème Université d’Eté de l’IAS &  14èmes rencontres internationales de la Diversité.

La 36ème Université d’Eté de l’IAS aura lieu cette année à Dakar (Sénégal) à BEM Dakar les 12 & 13 décembre 2018

avec les 14èmes rencontres internationales de la Diversité.

« Regards croisés sur la diversité et l’inclusion en Afrique, en Europe et ailleurs dans le monde »

Télécharger l’appel à communication

Et les partenaires des RID (ADERSE, FACE, AINF-Cercle Entreprises & Santé, ORSE, ASMP, RHSF, la Charte de la Diversité, EGiD (Hec-Liège), Entreprendre pour la cité,)

Ces Rencontres s’inscrivent dans une tradition initiée dès 2005 à l’Université de Corse. Elles sont devenues le lieu privilégié d’échange entre les enseignants-chercheurs, les responsables diversité et tous les acteurs concernés par la lutte contre la discrimination et engagés pour l’égalité des chances et l’inclusion. Chaque année, les RID ont réuni 150 à 200 participants pour approfondir les problématiques du management de la diversité car la diversité s’impose comme une thématique incontournable du débat public.

Pour les premières Rencontres (Corte, 2005) le thème retenu était « Défis de la diversité ». L’année suivante l’accent était mis sur « Les richesses de la diversité », avec la volonté de mettre en valeur l’apport d’une démarche active de gestion de la diversité. Lors des 3èmes rencontres «Réussir la diversité » l’objectif était d’identifier et mettre en valeur les bonnes pratiques pour faire de la diversité et de l’inclusion une source de richesse. Pour inscrire durablement le management de la diversité dans toutes les pratiques de l’organisation, le thème des 4èmes était « Faire vivre la diversité ». Les 5èmes RID, « La diversité : premiers bilans », permirent de découvrir les entreprises les plus avancées dans la lutte pour l’égalité des chances, la non-discrimination et la gestion de la diversité et qui ont su ancrer la promotion de la diversité dans leurs pratiques RH et managériales. Les débats des 6èmes RID -« (Re) connaître la (les) diversité(s) » ont fait ressortir la multiplicité des sources de diversités et les difficultés qui en résultent pour les connaître et les reconnaitre. Les 7èmes RID (Corte 2011) ont traité de « Diversité(s) : approches internationales ».

Les 8èmes RID se déroulèrent à El Djedida (Maroc, 2012) sur le thème « Diversité(s), RSE et solidarité ». Le thème des 9èmes, «Diversité(s) et nouveau pacte social» (Paris, 2013) faisait ressortir l’importance croissante des politiques et pratiques de diversité et d’inclusion dans la construction d’un nouveau contrat social avec les salariés et les parties prenantes.

Lors des 10èmes RID – «Diversité(s) : les nouveaux défis» (Pau, 2014) -, des 11èmes – « La gestion de la diversité en crise ? » (Liège, 2015) – et des 12èmes « La Diversité, Pratiques, Métiers et Modèles en devenir » (La Rochelle, 2016) – furent abordés l’extension du champ et des thématiques de l’inclusion et des diversités, la dimension prospective et la réflexion sur les compétences et nouveaux métiers de la diversité et de l’inclusion.

La réussite des 13èmes RID à Québec – « Regards internationaux sur l’inclusion et les diversités en milieux de travail », Québec (2017) -, a incité à choisir pour 2018 une immersion dans un contexte lointain et différent où des problématiques diversité émergent aussi, l’Afrique Subsaharienne. Prendre conscience des difficultés rencontrées pour mettre en œuvre des politiques diversités uniformes dans les filiales de multinationales ou chez leurs fournisseurs dans le cadre des obligations croissantes de vigilance des donneurs d’ordre, assurer une responsabilité élargie des entreprises sur toute la chaîne de valeur et sur l’ensemble de leurs territoires d’activité, identifier les défis spécifiques actuels dans les contextes africains, découvrir les pratiques innovantes des organisations engagées dans des politiques diversité et inclusion, échanger avec tous les acteurs concernés dans les différents continents et croiser les regards, tels sont les principaux enjeux de ces 14èmes RID dans le prolongement des riches échanges de la 13ème édition.

Les communications pourront aborder toutes les caractéristiques de la prise en compte des diversités dans les contextes africains, européens et ailleurs dans le monde tels que:

· Diversité des diversités;
· Principales composantes des discriminations en Europe et en Afrique;
· Disparités intra-africaines et intra-européennes;
· Approches juridiques nationales de la diversité entre incitations et sanctions;
· Diversité des critères de discrimination prohibés et (in)effectivité de leur mise en œuvre dans les démarches sociétales des entreprises;
· Internationalisation des démarches de diversité (entre universalisation & contextualisation);
· La dissémination adaptative des programmes, process et outils (et pratiques) de managent de la diversité d’un territoire (national ou continental) à l’autre
· La responsabilité élargie des entreprises sur toute la chaîne de valeur et sur l’ensemble de leurs territoires d’activité;
· Diversité de genre et place de la femme dans l’entreprise en Afrique et dans le monde;
· L’entrepreneuriat féminin et le leadership au féminin;
· Les nouveaux outils de l’égalité F-H : réseaux, networking, mentoring, coaching
· Les réseaux (affinitaires et de cause) comme nouveaux territoires de l’égalité (exemple : réseaux féminins, réseaux mixité, réseaux diversité; réseaux handicap; réseaux de juniors et de seniors…);
· Les couples à double carrière;
· La diversité des âges, pratiques et contextes différenciés selon les pays;
· La diversité ethnique, réalité africaine ou universelle ?
· Attitudes, comportements, pratiques des employeurs à l’endroit des groupes diversifiés;
· Impact des diversités sur les conventions collectives et les régimes de retraite;
· Métiers et professions occupés historiquement par des hommes ou des femmes;
· Conciliation travail / vie privée : de nouveaux partages à considérer;
· Nouveaux défis d’inclusion (accident et handicap, retour au travail et maladie chronique évolutive…)
· Itinérance, précarité sociale et insertion dans la vie professionnelle
· Management des diversités dans les PME, les sociétés internationales, le secteur public, les administrations…;
· Concertation et collaborations des acteurs de la diversité
· Participation citoyenne, villes et diversités
Les formats de communication suivants seront acceptés :

• Communication sur la base d’un projet d’article scientifique (20 pages max.) ;

• les présentations de politiques, pratiques, et actions en lien avec ce thème (4-5 pages), décrivant le contexte organisationnel, la mise en œuvre et le retour d’expérience éventuel ;

• les travaux de doctorants (10 pages) présentant l’état d’avancement de leur thèse, leur problématique et les questions de recherche (qui feront l’objet d’un atelier spécifique).

Calendrier et Format

Envoi des communications aux adresses suivantes : 15 juillet 2018

Retour auprès des auteurs après lecture et évaluation des communications par le Comité scientifique : 1er septembre 2018

Envoi de la version finale des communications pour intégration dans les actes du colloque. (publiés en version électronique) : 15 octobre 2018

Normes académiques de présentation des travaux

Communication scientifique : 20 pages maximum

Présentations d’outils ou de cas : 4 pages maximum

Travaux de doctorant : 10 pages maximum

Format de papier : 21 cm x 29,7 cm (A4)

Marges : 2,5 de chaque coté

Interligne : 1,5

Corps du texte : Times New Roman 12

Normes bibliographiques APA

 

View Event →
36ème Université d’Eté de l’IAS et 14èmes rencontres internationales de la Diversité.
Dec
13
to Dec 14

36ème Université d’Eté de l’IAS et 14èmes rencontres internationales de la Diversité.

Regards croisés sur la diversité et l’inclusion en Afrique, en Europe et ailleurs dans le monde

Télécharger l’appel à communication

Site IAS

Site RID

Ces Rencontres s’inscrivent dans une tradition initiée dès 2005 à l’Université de Corse. Elles sont devenues le lieu privilégié d’échange entre les enseignants-chercheurs, les responsables diversité et tous les acteurs concernés par la lutte contre la discrimination et engagés pour l’égalité des chances et l’inclusion. Chaque année, les RID ont réuni 150 à 200 participants pour approfondir les problématiques du management de la diversité car la diversité s’impose comme une thématique incontournable du débat public.

Pour les premières Rencontres (Corte, 2005) le thème retenu était « Défis de la diversité ». L’année suivante l’accent était mis sur « Les richesses de la diversité », avec la volonté de mettre en valeur l’apport d’une démarche active de gestion de la diversité. Lors des 3èmes rencontres «Réussir la diversité » l’objectif était d’identifier et mettre en valeur les bonnes pratiques pour faire de la diversité et de l’inclusion une source de richesse. Pour inscrire durablement le management de la diversité dans toutes les pratiques de l’organisation, le thème des 4èmes était « Faire vivre la diversité ». Les 5èmes RID, « La diversité : premiers bilans », permirent de découvrir les entreprises les plus avancées dans la lutte pour l’égalité des chances, la non-discrimination et la gestion de la diversité et qui ont su ancrer la promotion de la diversité dans leurs pratiques RH et managériales. Les débats des 6èmes RID -« (Re) connaître la (les) diversité(s) » ont fait ressortir la multiplicité des sources de diversités et les difficultés qui en résultent pour les connaître et les reconnaitre. Les 7èmes RID (Corte 2011) ont traité de « Diversité(s) : approches internationales ».

Les 8èmes RID se déroulèrent à El Djedida (Maroc, 2012) sur le thème « Diversité(s), RSE et solidarité ». Le thème des 9èmes, «Diversité(s) et nouveau pacte social» (Paris, 2013) faisait ressortir l’importance croissante des politiques et pratiques de diversité et d’inclusion dans la construction d’un nouveau contrat social avec les salariés et les parties prenantes.

Lors des 10èmes RID – «Diversité(s) : les nouveaux défis» (Pau, 2014) -, des 11èmes – « La gestion de la diversité en crise ? » (Liège, 2015) – et des 12èmes « La Diversité, Pratiques, Métiers et Modèles en devenir » (La Rochelle, 2016) – furent abordés l’extension du champ et des thématiques de l’inclusion et des diversités, la dimension prospective et la réflexion sur les compétences et nouveaux métiers de la diversité et de l’inclusion.

La réussite des 13èmes RID à Québec – « Regards internationaux sur l’inclusion et les diversités en milieux de travail », Québec (2017) -, a incité à choisir pour 2018 une immersion dans un contexte lointain et différent où des problématiques diversité émergent aussi, l’Afrique Subsaharienne. Prendre conscience des difficultés rencontrées pour mettre en œuvre des politiques diversités uniformes dans les filiales de multinationales ou chez leurs fournisseurs dans le cadre des obligations croissantes de vigilance des donneurs d’ordre, assurer une responsabilité élargie des entreprises sur toute la chaîne de valeur et sur l’ensemble de leurs territoires d’activité, identifier les défis spécifiques actuels dans les contextes africains, découvrir les pratiques innovantes des organisations engagées dans des politiques diversité et inclusion, échanger avec tous les acteurs concernés dans les différents continents et croiser les regards, tels sont les principaux enjeux de ces 14èmes RID dans le prolongement des riches échanges de la 13ème édition.

Les communications pourront aborder toutes les caractéristiques de la prise en compte des diversités dans les contextes africains, européens et ailleurs dans le monde tels que:

· Diversité des diversités;
· Principales composantes des discriminations en Europe et en Afrique;
· Disparités intra-africaines et intra-européennes;
· Approches juridiques nationales de la diversité entre incitations et sanctions;
· Diversité des critères de discrimination prohibés et (in)effectivité de leur mise en œuvre dans les démarches sociétales des entreprises;
· Internationalisation des démarches de diversité (entre universalisation & contextualisation);
· La dissémination adaptative des programmes, process et outils (et pratiques) de managent de la diversité d’un territoire (national ou continental) à l’autre
· La responsabilité élargie des entreprises sur toute la chaîne de valeur et sur l’ensemble de leurs territoires d’activité;
· Diversité de genre et place de la femme dans l’entreprise en Afrique et dans le monde;
· L’entrepreneuriat féminin et le leadership au féminin;
· Les nouveaux outils de l’égalité F-H : réseaux, networking, mentoring, coaching
· Les réseaux (affinitaires et de cause) comme nouveaux territoires de l’égalité (exemple : réseaux féminins, réseaux mixité, réseaux diversité; réseaux handicap; réseaux de juniors et de seniors…);
· Les couples à double carrière;
· La diversité des âges, pratiques et contextes différenciés selon les pays;
· La diversité ethnique, réalité africaine ou universelle ?
· Attitudes, comportements, pratiques des employeurs à l’endroit des groupes diversifiés;
· Impact des diversités sur les conventions collectives et les régimes de retraite;
· Métiers et professions occupés historiquement par des hommes ou des femmes;
· Conciliation travail / vie privée : de nouveaux partages à considérer;
· Nouveaux défis d’inclusion (accident et handicap, retour au travail et maladie chronique évolutive…)
· Itinérance, précarité sociale et insertion dans la vie professionnelle
· Management des diversités dans les PME, les sociétés internationales, le secteur public, les administrations…;
· Concertation et collaborations des acteurs de la diversité
· Participation citoyenne, villes et diversités
Les formats de communication suivants seront acceptés :

• Communication sur la base d’un projet d’article scientifique (20 pages max.) ;

• les présentations de politiques, pratiques, et actions en lien avec ce thème (4-5 pages), décrivant le contexte organisationnel, la mise en œuvre et le retour d’expérience éventuel ;

• les travaux de doctorants (10 pages) présentant l’état d’avancement de leur thèse, leur problématique et les questions de recherche (qui feront l’objet d’un atelier spécifique).

Calendrier et Format

Envoi des communications aux adresses suivantes : 15 juillet 2018

Retour auprès des auteurs après lecture et évaluation des communications par le Comité scientifique : 1er septembre 2018

Envoi de la version finale des communications pour intégration dans les actes du colloque. (publiés en version électronique) : 15 octobre 2018

Normes académiques de présentation des travaux

Communication scientifique : 20 pages maximum

Présentations d’outils ou de cas : 4 pages maximum

Travaux de doctorant : 10 pages maximum

Format de papier : 21 cm x 29,7 cm (A4)

Marges : 2,5 de chaque coté

Interligne : 1,5

Corps du texte : Times New Roman 12

Normes bibliographiques APA

Comité d’organisation

BRUNA Maria Giuseppina, IPAG Paris

CORNET Annie, Hec-Liège, Liège Université, Belgique

FALL Moussa, BEM Dakar, Sénégal

FRIMOUSSE Soufyane, les défis de la diversité, France

HAGEGE Maya, AFMD, France

PENDA Mame, BEM Dakar, Sénégal

PERETTI Jean-Marie, IAS, France

ROUX Christian, BEM Dakar, Sénégal

TCHANKAM Jean-Paul, KEDGE Business School, France

Comité Scientifique

ALIOUAT Boualem, Université de Nice

AKANNI Alain, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal

AVOM Désiré, Université de Dschang, Cameroun

BARTH Isabelle, EM Strasbourg, France

BEKOLO Claude, INSET, Université de Yaoundé, Cameroun

BELGHITI-MAHUT Sophia, Université Montpellier 3, France

BENABOU Djilali, Université de Mascara, Algérie

BENDER Anne-Françoise, CNAM, Paris, France

BEN LAHOUEL Béchir, IPAG Paris, France

BENRAISS-NOAILLES Laïla, Université Bordeaux, France

BENTALEB Chafik, Université de Marrakech, Maroc

BESSEYRE Des HORTS Charles-Henri, HEC Paris, France

BETTACHE Mustapha, Université de Laval, Canada

BIBOUM Altante Désirée, ESSEC, Université de Douala, Cameroun

BOYER André, IAE de Nice, France

BRASSEUR Martine, Université Paris-Descartes, France

BRUNA Maria Giuseppina, IPAG, Paris, France

CHANLAT Jean-François, Paris Dauphine, France

CHEVALIER Françoise, HEC Paris, France

CORNET Annie, Hec-Liège, Liège Université, Belgique

CUEVAS Fernando, Groupe ESC Pau, France

DAVOINE Eric, Université de Fribourg, Suisse

De BEAUFORT Viviane, ESSEC Business School, France

De BRY Françoise, Académie de l’éthique, France

De VAIVRE Anne Marie, Cercle Entreprise et Santé, Paris, France

DELAYE Richard, Groupe IGS, Paris, France

DIAW Adama, Université Saint Louis, Sénégal

DIOP Pape Madické, BEM-Dakar, Sénégal

DOUANLA Jean-Christian, Université de Dschang, Cameroun
DOUME Hervé, Université Omar Bongo, Gabon
DRILLON Dominic, ESC La Rochelle, France

DUMAZERT Jean-Pierre, Sup de Co La Rochelle, France

DUPORT Michelle, Université de Montpellier 3, France

DUYCK Jean-Yves, Université La Rochelle, France

EKOMIE Jean-Jacques Tony, Université Omar Bongo, Gabon

EL ABBOUBI Manal, Université de Rabat, Maroc

ESTAY Christophe, Kedge, Bordeaux, France
ETOUNDI Gilles, Université de Douala, Cameroun
FALL Moussa, BEM-DAKAR, Sénégal

FEUDJO Jules-Roger, Université de Dschang, Cameroun

FOUDA ONGODO Maurice, Université de Douala, Cameroun

FALCOZ Christophe, IAE Lyon, France

FRAY Anne-Marie, IAS, France

FRIMOUSSE Soufyane, IAE de Corse, France

GANKOU Jean-Marie, Université de Yaoundé II, Cameroun

GAYE Birahim, Université St Louis, Sénégal

GLIDJA Judith, Université d’Abomey-Calavi, Bénin

GOSSE Bérangère, IAE, Université de Rouen, France

GUERIN Serge, ESG Management School, Paris, France

HADDADJ Slimane, IAE Dijon, France

HAKIZUMUKAMA Alexis, Hec-Liège, Liège Université, Belgique

HALLEE Yves, Université Laval, Québec, Québec

HENDA-GUERFEL Sana, ESC Amiens, France

HULIN Annabelle, Université de Tours, France

IGALENS Jacques, Université Toulouse Capitole, France

JEAN-AMANS Philippe, Université de Toulouse 1, France

KADOUAMAI Souleymanou, Université de Maroua, Cameroun

KAMDEM Emmanuel, ESSEC Douala, Cameroun

KHIAT Assya, Université d’Oran, Algérie

KLARSFELD Alain, Toulouse Business School, France

LARDELIER Pascal, Université de Bourgogne, Dijon, France

LEE-GOSSELIN Hélène, Université Laval, Canada

LEYMARIE Stéphane, Université de Lorraine, France

MAKIMDU Hillaire, ISC, Kinshasa, RDC

MBAYE Ali, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal

M’BAYO Maurice, Université de Lubumbashi, RDC

MBENGUE Ababacar, Université de Reims, France

M’ZALI Bouchra, Université du Québec à Montréal, Québec

MANSOURI Nader, TBS, Casablanca, Maroc

MERCIER Samuel, Université de Bourgogne, France

MICHELETTI Patrick, ESA, Alger, Algérie

MONTARGOT Nathalie, ESC La Rochelle, France

NANDJIP MONEYANG Sara, Université de Douala, Cameroun
NASCHBERGER Christine, Audencia Nantes, France
NDOUR Ndiouma, Université Assane Seck Ziguinchor Casamance

NGANTCHOU Alexis, Université de Douala, Cameroun

NGOK EVINA Jean François, Université de Douala, Cameroun

NKAKLEU Raphaël, Université de Douala, Cameroun

NZONGANG Joseph, Université de Dschang, Cameroun

ONDOUA BIWOLE Viviane, ISMP, Université de Yaoundé II, Cameroun

PARADAS Agnès, Université Avignon, France

PERETTI Jean-Marie, ESSEC Business School, Paris, France

PERETTI-NDIAGNE Marie, EHESSS, Paris, France

PIRE LECHALARD Pierre, ESC Clermont-Ferrand, France

PLANE Jean-Michel, Université Montpellier 3, France

POILPOT-ROCABOY Gwenaëlle, Université de Rennes, France

RACINE Michel, Université Laval, Québec, Québec

REDON Gaëlle, Paris Business School, France

ROBERT, Jocelyne, HEC-ULg, Liège, Belgique

SABOUNE Khaled, Université Aix-Marseille, France

SAHRAOUI Doha, Université de Marrakech, Maroc

SCOTTO Marie-José, IPAG, Nice, France

SCOUARNEC Aline, Université de Caen, France

SEGUIN Michel, UQAM, Canada.

SEM Pascal, Université de Lubumbashi, RDC

SILVA François, KEDGE Business School, France

SIMEN Serges Francis, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal

TAHSSAIN Loubna, Sup de Co La Rochelle, France

TAKAGI Junko, ESSEC Business School, France

TCHANKAM Jean-Paul, KEDGE Business School, France

TCHUENTE Monique, Université de Yaoundé II, Cameroun

THIAM Omar, BEM-Dakar, Sénégal

TIDJANI Bassirou, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal

TIOTE Lassana, CESAG, Dakar, Sénégal

TISSERANT Pascal, Université de Metz, France

TREMBLAY Diane-Gabrielle, TELUQ, Montréal, Canada

TRINQUECOSTE Jean-François, Université de Bordeaux, France

TSAFACK NANFOSSO Roger, Université de Dchang, Cameroun

TSAPI Victor, Université de Ngaoundéré, Cameroun VALAX Marc, IAE Lyon, France

UM NGOUEM Marie Thérèse, Université de Douala, Cameroun

VALAX Marc, Université de Lyon III, France

VANDERLINDEN Blandine, ICHEC Brussels Management School, Bruxelles, Belgique

Van HOOREBEKE Delphine, IAE Toulon, France

VATTEVILLE Éric, ESCCA, Angers, France

VERNIER Eric, Sup de Co La Rochelle, France

VOYNNET-FOURBOUL Catherine, Université Paris 2, France

WOROU Rosaline, ENAM, Cotonou, Bénin

YANAT Zahir, KEDGE Business School, Bordeaux, France

ZANNAD Hédia, NEOMA, Rouen, France

ZARDET Véronique, Université Lyon 3, France

View Event →

Semaine du Management FNEGE - AGRH
May
23
9:00 AM09:00

Semaine du Management FNEGE - AGRH

Colloque FNEGE /  AGRH

Mercredi 23 mai 2018
Cité Internationale Universitaire de Paris
17 boulevard Jourdan 75014 PARIS

Lien sur le site Web de la Semaine du Management

Thème du colloque :
Relations avec les clients, les collaborateurs et les parties prenantes
Appel à contributions
Comme l’indique le baromètre de la FNEGE publié depuis 2014 et dont la prochaine édition sortira lors de la Semaine du Management 2018, la gestion de la relation avec les clients constitue une préoccupation centrale pour de nombreuses entreprises et organisations, publiques comme privées, marchandes ou non.

Les relations avec les clients – entendus dans un sens large comme étant à l’intérieur ou à l’extérieur des frontières de l’organisation- ont toujours été au centre des intérêts des organisations. Sous l’impact des technologies digitales, des évolutions sociétales et de
nouveaux modes d’intégration aux activités de l’organisation, les relations avec ces clients se sont cependant transformées. Leurs attentes évoluent vers la recherche d’une qualité relationnelle, individualisée voire le vécu d’une expérience unique. La prise en compte de ces évolutions requiert des transformations en profondeur des organisations si elles veulent se différencier de leurs concurrents ou rester compétitives. Ce qui semble une évidence pour les entreprises, le devient aussi pour les services publics si l’on pense par exemple à Pôle Emploi désormais mis en concurrence avec les sites Internet d’intermédiation comme Le Bon Coin ou à la mise en place récente de la charte de la personne hospitalisée pour l’hôpital.

Il s’agit désormais de faire en sorte que l’organisation tout entière contribue à ce que les clients entretiennent une relation de qualité et vivent une expérience source de satisfaction à long terme, tout au long de son parcours et de son cycle de vie. Répondre aux exigences des clients en termes de qualité, d’expérience et de satisfaction suppose d’aller au-delà des démarches classiques (programmes relationnels destinés à fidéliser les clients, démarches de personnalisation ou d’accompagnement, animation des communautés de clients…). Le rôle du client ne se cantonne en effet pas à apporter un chiffre d’affaires mais aussi à transformer les offres à travers son expertise et sa participation aux
processus d’innovation, à être un relais de la logistique ou de l’activité commerciale de l’organisation,se transformant en quasi-employé, voire à apporter des capitaux. Cette approche élargie de la relation aux clients existe dans le BtoB depuis longtemps dans le cadre
des relations clients – fournisseurs mais s’étend désormais au BtoC.
De plus, le client de l’organisation n’est pas seulement celui avec lequel une transaction commerciale a lieu. Le concept de client interne permet d’envisager les relations intraorganisationnelles dans un sens élargi. Des fonctions support comme les services informatique ou le contrôle de gestion ont intégré ce concept pour assurer la qualité de service et la fiabilité des processus. En créant des marchés internes, les structures de groupes recréent également en leur sein des relations clients - fournisseurs. Le double défi – relationnel et expérientiel – incite les organisations à mener une transformation largement « systémique », en s’appuyant notamment sur les potentialités des technologies numériques, ainsi que sur les ressources d’un réseau de partenaires et d’un ensemble de parties prenantes, au premier rang desquelles les collaborateurs. Il s'agit en fait de veiller à une symétrie des attentions - client versus collaborateur.
Sur la base de ces constats, la communauté académique est invitée à se pencher sur les transformations en cours de la relation aux clients. Ces transformations recouvrent de multiples dimensions et peuvent donc s’appréhender sous différents angles : les modes de management, les outils et les compétences au service de la relation ; les systèmes d’information et de pilotage ainsi que les mesures de la performance ; les modèles d’affaires et les différents rôles joués par le client. L’objectif de cette journée de recherche consiste à présenter les réflexions les plus actuelles sur ces enjeux de transformation relationnelle et expérientielle des modes de management, des modèles d’affaires, des modalités de création de valeur, des pratiques de gouvernance, comme des pratiques et systèmes de pilotage et de mesure de la performance.

View Event →
1st Global Conference on Creating Value
May
23
to May 24

1st Global Conference on Creating Value

  • ​​​​​​​Leicester Castle Business School (map)
  • Google Calendar ICS

1st Global Conference on Creating Value

Contact : Peter Stokes - Peter.stokes@dmu.ac.uk / or creatingvalue2018@dmu.ac.uk

Deadline: Jan 31st, 2018

Confirmed Leading Thought-Developers and Speakers include:

Prof Chris Baker – William Temple Professor of Religion and Public Life at Goldsmiths, University of London and Director for Research at the William Temple Foundation.

Ann Francke – CEO, Chartered Management Institute, UK

Prof Christian Grönroos – Professor Emeritus of Service and Relationship Marketing at Hanken School of Economics, Finland

Prof Stuart L. Hart – the Steven Grossman Endowed Chair in Sustainable Business, University of Vermont, USA

Prof Irene Ng – WMG, University of Warwick, UK

Prof Peter Shaw – Founding Partner and Executive Coach – Praesta Partners, former Director General – UK Govt

Prof Michael Shafer – Founder and President – Warm Heart (NGO)

Angus Thomson – Head, Vaccine Confidence & Coverage at Sanofi Pasteur

Prof Stephen Vargo – Professor of Marketing, Shidler College Distinguished Professor, University of Hawai‘i at Mānoa, USA

How do we create and assess ‘value’ in a turbulent global economy?

Value creation underpins all business transactions and engagement (Mahajan, 2016). We all seek value for our businesses, as well as for ourselves and for our society. However, because we are so immersed in our day-to-day functional management, we often overlook opportunities for value creation, possibly to the detriment of our businesses and societal needs (Eisenhardt & Martin, 2000). Successful businesses and leaders create value (mostly unconsciously) for their eco-systems which encompass: companies, customers, employees, partners and stakeholders. In the First Global Conference on Creating Value, business leaders/practitioners and leading academics from around the world will come together to exchange views, and to share and learn from each other regarding the problems, the potential and the real life uses of value creation, and how it can transform management, organizations and institutions. The conference will employ settings which allow business leaders, policy makers and academics to work together through action research to develop projects they wish to see emerge which would help them in value creation. The conference will provide relaxed, meaningful and purposeful opportunities to debate latest thinking on value creation and service. It will offer improvements for developing: the worth of companies/institutions, their longevity, and their ability to be predict and address disruptive forces. Equally, it will embed a value creation leadership style and mindset – going far beyond traditional and functional management approaches – so as to avoid value destruction in the future. We welcome innovative and fresh and thought-provoking approaches. Indicative suggested topics, among others, include: value creation for customers; creating value for your businesses and society; value destruction; values and the relationship with (organizational) culture(s). Webpage: http://www.dmu.ac.uk/about-dmu/schools-and-departments/leicester-castle-business-school/the-first-global-conference-on-creating-value.aspx

Venue and Location:

This major and agenda-setting conference will take place in and around the historic City of Leicester (UK) and Leicester Castle – a treasure trove founded in the 12th Century, visited by an array of Kings and Queens through the ages, and scene for the closing chapters of Richard III’s War of The Roses. The Gala Dinner will be held in the sumptuous City Rooms built in 1800 located in the centre of Leicester and close to the Medieval Quarter and Cathedral.

Leicester is located in the centre of the UK and easily accessible from Birmingham, London and other airports.

Who Should Attend?:

Practitioners from all business sectors and geographical/national regions;

Academics from all disciplines e.g. marketing, economics, operations, human resource management, accounting and finance, organizational behaviour, sociology, psychology, history, geography etc;

Policy-makers from government, non-governmental, not-for-profit and social enterprise offices and agencies.

The conference very much welcomes attendees and participants from a wide range of disciplines and spheres.

Please note: Paper presentation in order to attend the conference is not obligatory. The conference organisers also welcome delegates who wish to come and contribute to the debate and network in this vital first gathering on this vital and seminally important topic for the twenty-first century.

Key Dates:

  • 31stJanuary 2018: Deadline for submission of abstracts, session proposals
  • 5thFebruary 2018: Early Registration
  • 30thMarch 2018: Author submission of final papers/sessions
  • 30thMarch 2018: Registration Deadline

Early Bird Rate (before 5th February 2018) – £350

Full Rate (from 6th February 2018) – £400

Concessions including PHD Students Rate – £100

Enquiries and further information: Peter.stokes@dmu.ac.uk / or creatingvalue2018@dmu.ac.uk

Conference Co-Chairs and Co-Convenors:

Gautam Mahajan
(President Customer Value Foundation and Founder Editor of the Journal of Creating Value) Founder Editor of the Journal of Creating Value and President of Customer Value Foundation is the leading global thought leader in Total Customer Value Management. Email:Gautam.Mahajan@gmail.com

Professor Peter Stokes
(Professor of Leadership and Professional Development, Leicester Castle Business
School)Vice-President-Business Relations and UK Country Director -(EMBRI); Email: peter.stokes@dmu.ac.uk

Professor Dana Brown
(Pro-Vice Chancellor, Enterprise and Principal Leicester Castle Business School, DMU)Rhodes Scholar (MPhil -St. Antony’s College, Oxford University); PhD in Political Science from the Massachusetts Institute of Technology.  Email: dana.brown@dmu.ac.uk

For further information, contact Gautam Mahajan or Peter Stokes

    View Event →
    May
    17
    to May 18

    20ème Université de Printemps de l’Audit social et 2èmes rencontres internationale et recherche en management au service de l’économie insulaire

    IAS 20eme université de printemps audit social.jpg

    20ème Université de Printemps de l’Audit social et 2èmes rencontres internationale et recherche en management au service de l’économie insulaire les 17 et 18 mai 2018 à Gosier (Guadeloupe) sur le thème "FACE AUX ENJEUX ACTUELS COMMENT REUSSIR LA TRANSFORMATION DES ORGANISATIONS : L’APPORT DE LA FONCTION RH ET DE L’AUDIT SOCIAL" 

    View Event →
    La réalité de la fiction, ou des relations entre fiction, narration, discours et récit
    May
    17
    8:00 AM08:00

    La réalité de la fiction, ou des relations entre fiction, narration, discours et récit

    Appel à contributions et journée d'étude du laboratoire interdisciplinaire de recherches en sciences de l’action

    Appel à contribution

    Contact : Sonny Perseil - jean.perseil@lecnam.net et Benoît Petitprêtre - benoit.petitpretre@lecnam.net

    À l’heure des fake news, et alors que le terme « post vérité » a été désigné mot de l’année 2016, un retour en arrière nous montre que l’utilisation et la fabrication de fausses informations est un phénomène très ancien. Ainsi, au XIVe siècle, l’affaire des Templiers en est-elle une belle illustration (Théry, 2011). Philippe Le Bel et ses conseillers se servirent de la diffusion de rumeurs concernant des crimes et hérésies commis par les templiers (dont les aveux seront obtenus sous la torture) pour éliminer l’ordre du Temple et mettre à bas l’autorité du Pape sur le Royaume de France. Ce faisant, le Roi posait les bases d’un État moderne où nulle autre autorité – même celle de l’église – ne pouvait interférer avec la sienne.

    Dans un registre plus récent et plus léger, en 2014, dans la province de Burgos en Espagne, une poignée de bénévoles ont décidé de faire revivre le décor du cimetière de Sad Hill, qui fut le lieu de tournage de la scène finale du film de Sergio Leone Le bon, la brute et le truand. Les bénévoles et leur association ont proposé aux fans du film de faire inscrire un nom sur les croix du cimetière pour financer la restauration de l’endroit, certains ayant même exprimé le souhait d’être enterrés à Sad Hill. Aujourd’hui, afin de protéger le site, une demande auprès du gouvernement, de reconnaissance du lieu comme bien culturel, est également en cours.

    Ces deux exemples nous montrent, si cela était nécessaire, que le réel et le discours, la fiction ou le récit, entretiennent des rapports complexes. Il peut s’agir de manipuler le réel et de tromper à des fins politiques, mais ce mélange peut aussi produire des effets inattendus, non anticipés. Précédemment, nous avions exploré la triche et le mensonge dans une journée d’études en 2016 (Perseil et al., 2017). Régulièrement, cette réflexion nous avait ramenés à la question de la vérité. En effet, le rapport entre triche et mensonge est délicat, faisant appel aux rôles que chacun peut jouer, autant qu’aux normes ou références à une situation idéale. Or la triche et le mensonge renvoient à une vérité, à un réel ou bien à une règle que chacun peut connaître, expérimenter ou définir. Cependant, aujourd’hui, ces références semblent plus contestées que jamais : le rapport avec la réalité apparaît ainsi plus lâche, notamment lorsqu’on évoque la post-vérité ou bien encore les faits alternatifs. Ces notions ont d’ailleurs pris une importance particulière suite au Brexit ou à l’élection présidentielle américaine de 2016, avec des discours « prenant des libertés » avec le réel et une multiplication de fake news. En tout état de cause, les réflexions autour de la triche et du mensonge nous ramènent à la question de la vérité, qui, elle-même, est indissociable de la fiction depuis l’antiquité (Schaeffer, 2005), mais ces discours relèvent aussi en partie de ce que l’on peut simplement qualifier de baratin (Frankfurt, 2006).

    La fiction : nécessité d’une définition et d’un périmètre ?

    Aujourd’hui, l’espace semble saturé de récits de toutes sortes, présents dans de nombreux champs de la vie et de l’activité humaine, et débordant largement du champ purement littéraire ou artistique. Tout cela occupe peut être la place laissée par la rétractation des grands récits (Lyotard, 1979). Ces champs semblent très variés et diversifiés. On retrouve ainsi ces discours et récits dans les médias, la politique, les organisations, la publicité… Chacun est même invité à se mettre lui-même en récit par le biais des médias sociaux. De même, des disciplines comme l’histoire ou l’anthropologie s’assimilent parfois au champ de la fiction, alors qu’il s’agit au départ de pratiques discursives non fictionnelles (Schaeffer, 2005). Le récit fictionnel peut aussi se révéler être un moyen de construire du sens, pour qu’une action individuelle/collective soit rendue possible (Weick, 2001).

    Les axes envisagés pour la journée de recherche

    Le premier axe d’analyse proposé, sous un angle externe par rapport à la fiction, est de voir ce qui distingue celle-ci d’autres énoncés plus factuels. En retenant une vision étendue de la fiction, au-delà du roman et de la littérature, il s’agit de se demander dans quelle mesure les récits, ou d’autres dispositifs ou œuvres (Caïra, 2011 ; Schaeffer, 1999), peuvent être assimilés à des fictions et/ou comment ou quand deviennent-ils des fictions. Ainsi, il s’agira aussi de s’intéresser aux formes que prennent les fictions (propositions de typologie ?). Cette approche externe pose également la question des protagonistes engagés dans l’émission et la réception, mais aussi du chevauchement et de la limite entre le réel et la fiction (Lavocat, 2016). Le questionnement sur la nature de la rumeur, « révélée » vraie ou fausse, fondée ou infondée, partielle ou non, pourra aussi être abordé.

    Le deuxième axe de réflexion consistera à adopter une perspective interne, pour se demander quelles sont les fonctions de ces récits, y compris dans une vision plus critique, comme Salmon (2007) le fait. La multiplication des récits sous forme de storytelling relève-t-elle par exemple d’un nouvel ordre narratif et constitue-t-elle autant de formes de dressage, de domestication, des savoirs et des désirs des individus ? Ce déferlement de récits prend à rebours une conception (européenne ?) de l’esprit qui ferait la part belle au raisonnement et à l’argumentation. Désormais, le récit utile, ainsi que l’on peut qualifier le storytelling, est partout : en politique, bien sûr, mais aussi dans l’entreprise, sur le marché, etc. Se pose donc la question du sens, de l’utilisation, voire de l’instrumentalisation de ces fictions, autant de leur direction que de leur signification.

    Enfin une troisième piste envisagée se demandera dans quelle mesure la fiction peut être considérée comme partie prenante de l’activité scientifique (Jablonka, 2014), en tant que méthode pédagogique mais aussi comme véritable outil de recherche. Le basculement entre le réel et la fiction semble être une force que la recherche ne peut ignorer comme source de fécondité pour son activité. Cette réconciliation permet sans doute de sortir d’une pensée uniquement rationnelle et faire une place à d’autres modalités de la connaissance et du savoir.

    Toutes les propositions au-delà de ces trois axes proposés et de tous horizons disciplinaires seront bien évidemment étudiées.

    Comité scientifique

    • Sophie Agulhon (Université Paris 8 Vincennes St-Denis)
    • François Garçon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • Rémi Jardat (Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne)
    • IAE Gustave Eiffel), Jean-Baptiste Legavre (Institut français de presse, Université Paris 2 Panthéon-Assas)
    • Sonny Perseil (Lirsa/Cnam)
    • Yvon Pesqueux (Lirsa/Cnam)
    • Benoît Petitprêtre (Lirsa/Cnam)

    Calendrier et consignes

    Les contributions, d’un calibrage compris entre 20 000 et 40 000 signes, seront rédigées en français et/ou en anglais en vue de leur publication dans une revue académique anglophone et/ou dans un ouvrage collectif édité en France.

    Références

    - Besnier C. (2017) La vérité côté cour. Une ethnologue aux assises, La Découverte, Paris.
    - Caïra O. (2011) Définir la fiction, Editions de l’EHESS, Paris.
    - Eiseinhardt K. (1991) « Better stories and better constructs : the case for rigor and comparative logic », Academy of Management Review, vol. 16, N°3, p. 620-627.
    - Frankfurt H.G. (2006) De l’art de dire des conneries, 10/18, Paris.
    - Garçon F. (2006) Enquête sur le cauchemar de Darwin, Flammarion, Paris.
    - Gennette G. (1991) Fiction et diction, Seuil, Paris.
    - Goodman N. (1992) Manières de faire des mondes, Gallimard, Paris.
    - Grimand A. (2009) « De la fiction comme méthode de recherche légitime en gestion des ressources humaines ». Actes du XXème Congrès de l’AGRH Toulouse, 6/9 septembre.
    - Jablonka I. (2014) L’histoire est une littérature contemporaine, manifeste pour les sciences sociales, Editions du Seuil, Paris.
    - Lavocat F. (2016) Fait et fiction, pour une frontière, Seuil, Paris.
    - Lyotard JF (1979) La condition post-moderne, Les éditions de minuit, Paris.
    - Mathieu L. (2013) Columbo, la lutte des classes ce soir à la télé, Textuel, Paris.
    - Perseil S., Pesqueux Y., Banaon C. Ben Mansour K. (2017) Un nouveau regard sur la triche et le mensonge, L’Harmattan, Paris.
    - Philips N. (1995) « Telling Organizational Tales : On the Role of Narrative Fiction in the Study of Organizations », Organization Studies, Vol. 16, n°4, p. 625-649.
    - Salmon C. (2007) Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, La Découverte, Paris.
    - Schaeffer (1999) Pourquoi la fiction, Seuil, Paris.
    - Schaeffer JM (2005) « Quelles vérités pour quelle fiction ? », L’Homme, vol 3 n°175-176, p°19-36.
    - Searle J. (1982) Sens et expression, Editions de minuit, Paris.
    - Taïeb E. (2001) « Persistance de la rumeur. Sociologie des rumeurs électroniques », Réseaux, vol. n° 106, no. 2, p. 231-271.
    - Théry J. (2011) « Une hérésie d’Etat. Philippe Le Bel, le procès des « perfides templiers » et la pontificalisation de la royauté française », Médiévales, n°60, p. 157-186.
    - Van Maanen J. (1995) « Style as thoery », Organization Science, Vol 6, n°1.
    - Weick K. (2001) Making sense of the organization, Blackwell Publishing.

    View Event →
    Appel à article de la revue Management et Logistique
    Mar
    30
    8:30 AM08:30

    Appel à article de la revue Management et Logistique

    Prestations et prestataires de Services logistiques (PSL) : l’heure du renouveau

    Logistique & Management est la revue de référence francophone en management de la chaîne logistique. Elle a une double vocation à la fois scientifique et managériale. Elle vise à promouvoir la diffusion des connaissances dans le domaine du management de la chaîne logistique.

    La revue Logistique & Management  s'adresse aux enseignants-chercheurs et étudiants en management de la chaîne logistique et à un public plus large de professionnels et de consultants. Poste d'observation de la fonction logistique et supply chain et des stratégies d'organisation industrielle, sa lecture permet de suivre l'avancée des recherches et des études dans le domaine.

    Elle publie en langue française des articles originaux d'enseignant-chercheurs en sciences de gestion et de praticiens du management logistique. Les articles traitent de concepts, méthodes, et pratiques utiles à au management de la chaîne  logistique dans les entreprises. Des articles en anglais sont ponctuellement publiés.

    Revue trimestrielle, elle bénéficie du concours d'un comité scientifique et d'un comité de lecture internationaux qui sont les garants de sa qualité scientifique et de sa visibilité internationale. L&M publie des numéros thématiques alliant précision scientifique et lisibilité nécessaire à une  audience dépassant la seule communauté des chercheurs.

    La revue Logistique & Management est classée C dans le classement des revues françaises en sciences de gestion par le HCERES (Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) et également classée par la FNEGE

    Contact : François Fulconis : françois.fulconis@univ-avignon.fr et Laurence Saglietto : laurence.saglietto@unice.fr

    View Event →
    Le travail créateur
    Mar
    23
    9:00 AM09:00

    Le travail créateur

    Penser et explorer les activités de création comme des activités de travail suppose de rompre avec l’idée commune suivant laquelle tout oppose ces deux mondes : celui de l’expression personnelle du talent permettant l’émergence du nouveau / celui de l’exécution, de la contrainte et de la routine, soumis aux exigences du marché

     Entrée sur inscription gratuite : colloquetravailcrea@hotmail.com

    Un précédent colloque a eu pour objet la créativité dans le travail « ordinaire » et il a donné lieu à la publication d’un ouvrage La créativité au travail (2017, Eres).

    Ce nouveau colloque entend prolonger l’investigation sur le travail créateur.
    Comment s’opère l’engagement dans le travail de création ? Quelles sont les ressources mobilisées pour ce faire, les obstacles rencontrés ? La créativité exige-t-elle des conditions de liberté dans lesquelles la spontanéité serait alors affranchie des déterminations et conventions ? Dans la réalité des pratiques professionnelles, peut-on être créatif sans contrainte ? Quels sont les environnements, les dispositifs qui faciliteraient la créativité ? Ce colloque se veut un partage d’expériences, de témoignages de créateurs travaillant dans des champs aussi divers que ceux du théâtre, de la peinture, de la musique, de la danse, de la parfumerie, de la littérature, de la photographie, du cirque…

    PROGRAMME

    • 8h30 - Accueil
       
    • 9h - Introduction - De la créativité au travail au travail créateur
      par Dominique Lhuilier
       
    • 9h15 - Table ronde n°1 - Génèse et trajectoire du travail créateur
      animée par Dominique Lhuilier
      Intervenants : Louise Duneton, peintre et illustratrice, Nicolas Frize, compositeur, Pierre-Emmanuel Sorignet, danseur et sociologue

      10h45 - pause
       
    • 11h - Table ronde n°2 - Contraintes et création
      animée par Frédéric Brugeilles
      Intervenants : Yaïr Bénaïm, violoniste, chef d’orchestre, Bernard Kudlak, auteur, metteur en scène, scénographe du cirque Plume, Jacques Ronayette, acteur-clown

      12h30 - déjeuner
       
    • 14h - Table ronde n°3 - La création face à l’inconnu
      animée par Gilles Amado
      Intervenants : Jean-Claude Ellena, créateur de parfums, David Querien, poète et slameur, Marie Thomas, comédienne

      15h30 - pause
       
    • 15h45 - Table ronde n°4 - Le travail créateur, entre invisibilité et reconnaissance
      animée par Nicolas Naudé
      Intervenants : Olivier Espéro, photographe, Jacques Jouet, écrivain, Ivan Morane, comédien et metteur en scène
       
    • 17h15 - Conclusion
      17h30 - Fin des travaux

     

    Organisé par le Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD).
    COMITÉ D'ORGANISATION
    Gilles Amado, HEC, CRTD-Cnam, Association Travail et CultureJean-Philippe Bouilloud, ESCP, Fréderic Brugeilles, CIRFIP, Irène GasqHaud Guéguen, CRTD-Cnam, Dominique Lhuilier, CRTD-Cnam, Thomas Paris, CNRS, GREGHEC, Anne-Lise Ulmann, CRTD-Cnam

    View Event →
    5ème colloque international de Libreville - GABON
    Mar
    22
    to Mar 23

    5ème colloque international de Libreville - GABON

    Le 5ème Colloque International de Libreville, « Regards croisés sur le développement en Afrique », aura lieu du 22 au 23 mars 2018 sur le thème : « Innovation et Digitalisation des Organisations : défis et perspectives pour l’Afrique ». Le digital oblige à reconcevoir les pratiques historiques des organisations. En effet, au-delà des aspects techniques (site internet, applications mobiles, réseaux sociaux…), le digital part du postulat que la technologie est dorénavant accessible au plus grand nombre – salariés, clients, fournisseurs, administrations, etc. – ce qui implique de nouvelles pratiques. Cette thématique revêt une grande importance au moment où, en Afrique, le déploiement de la fibre optique est à l’ordre du jour. En effet, face aux différentes problématiques de développement, l’Afrique s’investit dans les technologies de l’information et de la communication. Ces dynamiques dépendent fortement de la qualité des infrastructures et sont liées à l’élaboration d’une réglementation institutionnelle protectrice des droits de propriétés industrielles et intellectuelles. En sus, l’appropriation des connaissances, en matière de digitalisation des organisations, passe nécessairement par la valorisation des ressources humaines, c’est-à-dire par l’investissement dans le capital humain. Aussi, dans une perspective de transformation digitale et d’innovation technologique des organisations, les défis pour l’Afrique se situent au niveau du financement des infrastructures et des changements organisationnels, pour optimiser la production et renforcer les capacités humaines.

    AEI - SAM - Revue camerounaise de management - Université de Pau et des Pays
    de l’Adour

    Date limite de réception des projets de communication (1 500 mots) : 15 janvier 2018
    Réponse du Comité d’organisation aux auteurs : 10 février 2018

    Contact : larsigist@yahoo.fr
     

    View Event →
    XXVIII ÈME CONGRÈS AGRH - DU 11 AU 13 OCTOBRE 2017 - AIX-EN-PROVENCE
    Oct
    11
    to Oct 13

    XXVIII ÈME CONGRÈS AGRH - DU 11 AU 13 OCTOBRE 2017 - AIX-EN-PROVENCE

    • Université Aix en Provence Marseille (map)
    • Google Calendar ICS

    Le thème du 28ème congrès de l’AGRH, «GRH et alternatives», invite à analyser ou à inventer une GRH renouvelée, la notion d’alternative renvoyant à l’idée d’un décalage, généralement volontaire, par rapport à une norme et à la proposition de solutions différentes. Ce thème « GRH et alternatives » fait écho à des questions d’actualité qui interpellent chercheurs et acteurs professionnels de la GRH et peut être décliné en trois grands axes.

    Tout d’abord, il s’agit de s’interroger sur la GRH dans les organisations alternatives. Le deuxième axe questionne le développement de formes alternatives de GRH au sein des organisations privées et publiques « classiques ». Le troisième et dernier axe envisage la question des alternatives à la GRH et s’interroge notamment sur le devenir de la GRH au sein de l’« entreprise libérée »

    Programme définitif

    Veuillez trouver ci-dessous les liens vers les vidéos des 2 tables rondes qui avaient été organisées lors du congrès de l'AGRH en octobre 2017 à l'IMPGT à Aix-en-Provence.

    Table ronde "En quoi la digitalisation de l’entreprise présente des opportunités (voire des menaces) ?": https://youtu.be/t5ZZ6cCydQk
    Experts intervenants
    Walter BAETS, Dean The camp
    Anne-Marie CHOPINET, Change Manager Gemalto
    Patrick DUMOULIN, Directeur Général  Great Place to Work France
    Fred FOUQUET, Associé Crossknowledge
    Animation
    Carolina SERRANO-ARCHIMI, maître de conférences IAE Aix-Marseille, Aix-Marseille Université 

    Table ronde "Négociation sociale alternative": https://youtu.be/gcXh3e_Wm0I
    Experts intervenants
    Alexis BUGADA, Professeurs des Universités, Centre de recherche de droit social AMU
    Olivier LEBERQUIER, Directeur Général SCOP-TI
    Jean-Louis VINCENT, DRH SNCF Logistics
    Animation
    Carolina SERRANO-ARCHIMI, maître de conférences IAE Aix-Marseille, Aix-Marseille Université 
     

    View Event →